HOT CLUB JAZZ LE HAVRE - Pays de Caux

H.C.J.H

Spirit of Chicago Orchestra

Rédigé par admin - -

Type : Grande formation de jazz des années 1920 - 1930
Avant d’être au nombre de 16, cette formation n’était composée que de 8 musiciens. Elle s’appelait alors, le Spirit Of Chicago.

BASTIEN STIL : AVEC L’ART, ET LA MANIÈRE !

par philippe.meziat

Pianiste, tubiste, percussionniste, chef d’orchestre, Bastien STIL est un habitué de l’auditorium « Henri Dutilleux » à Bordeaux, puisque c’est lui qui avait dirigé des musiciens de l’ONBA lors des rencontres entre ces derniers et Wayne Shorter, puis Marcus Roberts. Il avait laissé le souvenir d’un chef talentueux et dévoué aux œuvres, et ce n’est pas de son fait si l’on avait quand même regretté lors du premier concert la prestation si courte (25 minutes) d’un des plus beaux quartets de jazz qui se puisse entendre aujourd’hui. Mais on est à Bordeaux, et l’on ne pouvait pas accueillir Wayne Shorter et ses accompagnateurs comme tout le monde, bien sûr…

SPIRIT OF CHICAGO ORCHESTRA

Chant: Scott Emerson

Trompettes: Hervé MICHELET (lead), Jérôme ETCHEBERRY (solo),

Alexis BOURGUIGNON (solo sur « Chinatown »)

Trombones: Pierre GUICQUERO (solo), Bruno DURAND

Saxophones/Clarinette: Bertrand TESSIER (lead+solo sur « Beebe »),

Benjamin DOUSTEYSSIER (solo), Nicolas FARGEIX (solo ténor+clar),

Dominique MANDIN (solo baryton).

Piano: Bastien STIL

Banjo/ Guitare: Remi OSWALD

Basse/tuba: Raphael DEVER

Drums: Jean-Bernard LEROY

Violons: Mathilde FEBRER (solo), Virginie Turban, Martin Blondeau

Danse/claquette: Edwige LARRALDE/ Dorel SORBECK.

 

 Est-ce pour le remercier de sa belle présence qu’on lui a demandé cette fois de « créer » dans la même salle son projet personnel autour des musiques de jazz et de danse des années 20/30, réunies sous le vocable « Singin’ In The Rain », allusion au film du même titre et datant de l’année 1952 ? Peu importe. Seul compte le spectacle, et le résultat, l’un et l’autre ont été plébiscités et encensés. Car la salle (1400 places) était quasiment pleine jusqu’en ses gradins les plus élevés, preuve qu’un concert marqué du sceau du « jazz » peut faire belle recette, preuve aussi que quand le tarif est abordable (les billets les plus chers étaient à 30 euros) cette belle salle peut devenir populaire.

En tous cas, pour une création/recréation des musiques de danse qui faisaient tourner les corps, les têtes et les cœurs dans l’Amérique de ce temps-là, on a été gâtés ! D’abord parce que Bastien STIL sait admirablement présenter chaque morceau avec un impayable ton ironique, et qu’il réussit à mettre de la distance entre ce qui est joué et le « sérieux » qu’il faut y instiller. Par ailleurs, il parvient à faire se ranger le public de son côté et du côté de son orchestre avec un professionnalisme de vieux briscard. Il arrive même à présenter ses musiciens avec ce doux humour, et accueillir tout ce qui se présente, y compris ses propres errements, avec ce détachement.

Ensuite parce que l’orchestre tourne et rugit comme un V6 de la belle époque ! Quatre saxophonistes et clarinettistes, deux trombones, trois trompettes, trois violons, plus piano, basse à vent ou contrebasse, guitare ou banjo et batterie, avec aussi un excellent « crooner », deux danseurs et spécialistes des claquettes : voilà de quoi tout jouer ou presque dans le répertoire des « dance bands » des années 30, et ajouter quand il faut tel ou tel trait plus spectaculaire, la danse (peut-être quand même le point le plus faible de l’ensemble) venant suppléer l’obligatoire station assisse des auditeurs. Lesquels pourraient, dans une salle prévue à cet effet, se mettre à remuer des gambettes. Ajoutez à cela quelques solistes de haut-vol, et dont les noms ne vont pas vous surprendre : Jérôme ETCHEBERRY à la trompette, perforant à souhait, Benjamin DOUSTEYSSIER à l’alto, remuant et souple à la fois, et je n’aurais garde d’oublier la violoniste Mathilde FEBRER, inspirée dans une veine «  à la Grappelli », et le tromboniste Pierre GUICQUERO, d’une belle efficacité.

Cette musique, plutôt prise dans des tempos rapides, est une affirmation de bonne humeur : elle parle de sourires, de ciel bleu, de jolies filles, de matins triomphants, de soirées enivrées. Elle rit et danse, elle affirme que tout va aller, et de mieux en mieux. Surgie en pleine dépression, dans une Amérique aux prises avec une crise d’une dureté extrême, au moment même de la prohibition, des mouvements ouvriers réprimés, donc « bande-son » d’une époque très déprimante, elle joue sur la volonté d’affirmer que tout cela ne compte pas, ou que tout cela va changer bientôt. Et c’est peut-être pour cela qu’elle nous parle aujourd’hui. Nous avons besoin de cette affirmation, car notre monde est, en soi, bien peu engageant. Fondé sur la primauté de l’argent, contesté d’une manière trop violente pour être acceptable, il suppose que chaque matin exige son lot de musiques lumineuses. Elles le furent tellement même, qu’à force, cette gaité un peu forcée finit par nous étreindre. Ce n’est pas le moindre mérite de cette formation et de ce concert que de nous avoir conduits vers ce sentiment.

Philippe Méziat

Ont été joués lors de ce concert : « Singin’ in the rain » (Arthur Freed/ Nacio Herb Brown) (Arrgt: Arthur Lange 1929) 

« Fit as a fiddle » (Arthur Freed/ Al Hoffman – Al Goodhart) (Arrgt: Art McKay 1932) 

« Temptation » (Arthur Freed/ Nacio Herb Brown) (Arrgt: Marke Winsten 1946) 

« All I do is dream of you » (Arthur Freed/ Nacio Herb Brown) (arrgt: Frank Skinner 1934) 

« I’ve got a feelin’ you’re foolin’ » (Arthur Freed/ Nacio Herb Brown) (arrgt: Frank Skinner 1936) from M.G.M’s “Broadway Melody of 1936” 

« The wedding of a painted doll » (Arthur Freed/ Nacio Herb Brown) (arrgt: Arthur Lange 1929) from M.G.M’s “The Broadway Melody” 1929 

« Should I » (Arthur Freed/ Nacio Herb Brown) (Arrgt: Spud Murphy 1936) from M.G.M’s “ Our modern maidens” 1929 

« Beautiful Girl » (Arthur Freed/ Nacio Herb Brown) (arrgt: Frank Skinner 1933) from M.G.M’s “Going Hollywood” 1933 

« You were meant for me » (Arthur Freed/ Nacio Herb Brown) (arrgt: Frank Skinner 1929) from M.G.M’s “ The Broadway Melody” 1929 

« Good morning » (Arthur Freed/ Nacio Herb Brown) (arrgt: Jack Mason 1939) from M.G.M’s “Babes in arms” 1939

« Singin’ in the rain » (Arthur Freed/ Nacio Herb Brown) (arrgt: Spud Murphy 1936) from M.G.M’s “Hollywood revue of 1929” 

« Would You » (Arthur Freed/ Nacio Herb Brown) (Arrgt: Frank Skinner 1936) from M.G.M’s “San Francisco” 1936 

« Broadway Melody » (Arthur Freed/ Nacio Herb Brown) (Arrgt: Frank Skinner 1929) from M.G.M’s “The Broadway Melody” 1929 

« Broadway Rhythm » (Arthur Freed/ Nacio Herb Brown) ( arrgt: Frank Skinner 1936) from M.G.M’s “Broadway Melody of 1936” 

« You are my lucky star » (Arthur Freed/ Nacio Herb Brown) (arrgt: Frank Skinner 1936) from M.G.M’s “Broadway Melody of 1936” 

« Sing before Breakfast » (Arthur Freed/ Nacio Herb Brown) (arrgt: Frank Skinner 1936) from M.G.M’s “Broadway Melody of 1936” 

Il a également été joué « Make’em laugh »,  « Beebe » de Jimmy Dorsey, Casa Loma Stomp » de Glenn Gray et « Chinatown my chinatown »

CONTACT : 
Jean-Bernard LEROY 
5 Résidence Saint-Martin 
76290 Saint Martin du Manoir 
Tél : 06 07 25 90 66 
jean-bernard.leroy@wanadoo.fr


Les commentaires sont fermés.